Le chapeau vous prend la tête ? exposition du 5 décembre 2012 au 24 novembre 2013

Le Chapeau

Par Marie-Jeanne Delville

exposition le chapeau vous prend la tête

La Maison de Marie-jeanne présente une collection  de plus de 250 chapeaux que les capéophilistes apprécieront tout comme les amateurs de beaux objets anciens.
Dans la salle d’exposition temporaire « La rayère », les chapeaux de collection sont présentés dans une ambiance feutrée qui permet d’apprécier le travail délicat du ruban posé par la modiste, l’explosion de fleurs sur la capeline des années 1900 et le noir des  chapeaux de deuil de la fin du XIX siècle.
D’abord protection, le chapeau est devenu indispensable à la toilette de l’élégante et obligatoire pour l’homme, dès qu’il sort. La modiste le crée pour Madame, le chapelier pour Monsieur.
Décliné dans toutes les matières, variant les silhouettes à l’infini, porté jusqu’à la fin des années 1950, le chapeau marque en un coup d’œil  un personnage, une époque.

Voyons un peu :
Le canotier c’est Maurice Chevalier, les comédies musicales, les années folles. Le chapeau melon sur la tête de Charlot qui accompagne sa canne, c’est aussi le couvre-chef qui se démocratise à la fin de la guerre de 1914 et qui remplace le haut de forme de la Belle Époque sur la tête des hommes.

Ah les chapeaux féminins ! Déclinés à l’infini par l’imagination des modistes et les envies des clientes, vous vous prendrez la tête avant de choisir le plus beau, le plus original ou le plus romantique ou celui qui vous rappellera votre jeunesse. Le cinéma utilise lui aussi le chapeau comme marqueur d’un personnage. Le romantisme d’une capeline de Vivian Leigh dans « Autant en emporte le vent », la classe de la voilette de Romy Schneider dans « Le vieux fusil », ou le feutre Fedora de Harrisson Ford dans Indiana Jones.

Oui, vraiment, c’est bien souvent le chapeau qui identifie la silhouette !

Fabrication d’un chapeau de feutre

Le feutre traditionnel est fabriqué en poils de lapin. Mais il existe aussi des feutres de laine, de poils de chèvre, de chameau, voire de castor ou d’antilope !

Il faut au minimum 4 peaux de lapins pour faire un feutre d’homme.

le bastissage

Fabrication chapeau le bastissage

Le bastissage

Après avoir été soigneusement débarrassés des impuretés, cardés si besoin, les poils les plus fins sont projetés sur une grille conique de grande taille (5 fois la taille du futur chapeau), c’est le bastissage. On superpose en les croisant 2 cônes. Après un premier traitement par la chaleur et la presse (le semoussage), les cônes sont foulés et arrosés d’eau bouillante acidulée pendant 5 à 6 heures et rétrécissent de ce fait.




Le foulage

Fabrication chapeau Le foulage

Le foulage

Un bon foulage assure la résistance et l’imperméabilité du feutre. Une fois teints, toujours humides, après un arrondissement de leur fond pointu, et un éventuel apprêtage, les cônes sont moulés sur des formes en bois ou en métal. C’est à ce stade que le chapeau va prendre sa forme. Rien à voir entre un haut de forme, un chapeau cloche, un feutre d’homme ou une capeline !






Le dressage

Fabrication chapeau le dressage

Le dressage

Le dressage marque la séparation entre le fond et le bord du chapeau : toujours sur feutre humide et sur forme elle se fait à la main à l’aide de ficelle ou à la machine.

Le feutre est rasé, lissé, poncé, traditionnellement à l’aide d’une peau de chien de mer : c’est à ce stade que l’on obtient les effets de taupé (aspect velours), ses bords sont rognés. Cette étape demande précision et savoir-faire !





Le bichonnage

Fabrication chapeau les finitions

Les finitions

Les finitions se font encore une fois avec de la chaleur, de la vapeur, des ciseaux, des formes, des fers…c’est le bichonnage.









Il ne reste plus que les garnitures à poser…

Vidéo le chapeau

Galerie

.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *